[Avis] Lum42, c’est de la lumière que viendra la victoire !

|

L’exploration spatiale est un sujet d’actualité. La Lune ? Mars ? Non, je vous parle de Lum42, actuellement en financement participatif sur Game On Tabletop. Vous y incarnerez des commandants de vaisseaux devant se rendre dans une galaxie lointaine pour y récolter de la lumière, la transformer en énergie, et garantir sa suprématie dans l’univers. Au programme : du placement d’ouvriers, de la planification, le tout saupoudré d’un peu de chaos et d’une sensation de jeu abstrait. Êtes-vous fait pour vous embarquer aux confins des étoiles ? Je vais tenter de vous guider.

Un aperçu commenté de Lum42 👀

Mise en place de la flotte et de la galaxie

Les pioches des tuiles planètes, et les pioches des jetons satellites et modules.

La galaxie de Lum42 est représentée par un grand plateau de jeu. Vous commencerez par y disposer les pions des vaisseaux mère des joueurs au centre, et vous poserez aléatoirement les huit premiers systèmes tout autour. Ces systèmes sont des jetons en carton représentant une planète d’une couleur (verte, rouge, bleu ou jaune) qui peut être accompagnée d’un jeton Lune ou d’un jeton Module. Les planètes et les jetons restants sont ensuite disposés face visible sur le côté du plateau en quatre piles équivalentes. Oui, il y a aussi des planètes noires. Mais j’en parlerai plus loin.

Donc, il faut collecter de la lumière et la transformer en énergie. Cette lumière, représentée par des cubes verts, rouges, bleus ou jaunes, est disposée en haut du plateau en quantité limitée : cinq cubes de chaque couleur par joueur. Vous devrez donc la collecter avant les autres et la transformer en énergie. Les couleurs sont les mêmes que les planètes, il y aura évidemment un lien avec tout ça.

Un plateau joueur double épaisseur de Lum42 avec ses sondes pyramidales et ses unités.

Chaque joueur dispose d’un plateau double épaisseur qui lui est propre, sur lequel il viendra disposer ses unités de départ tout en haut (quatre vaisseaux sans effet particuliers) et ses unités de soutien tout en bas. Quatre emplacements aux quatre mêmes couleurs que la lumière et les planètes sont également présents au centre, emplacements sur lesquels vous disposerez vous quatre sondes (les pyramides).

Et pour finir, deux objectifs communs sont tirés au hasard et posés sur le plateau tandis qu’un troisième, toujours le même, est, lui aussi, posé sur le plateau.

Faites chauffer les moteurs, vous êtes prêts à parti en quête de lumière énergétique !

Faites tourner les turbines !

Une partie de Lum42 se découpe en une série de cinq manches, elles-mêmes découpées en cinq phases de jeu distinctes.

1. Découverte des systèmes

Pour commencer, vous allez jouer une phase d’expansion. Chaque joueur à tour de rôle choisi une planète dans une des pioches qu’il disposera à côté d’une planète déjà découverte. Il placera ensuite dessus un jeton satellite ou module, également de son choix, pioché dans une des quatre piles.

Cette phase permet d’agrandir le terrain de jeu pendant la partie. Cependant, comme la flotte des joueurs va, elle aussi, s’agrandir de manche en manche, il restera toujours une pression sur l’occupation des systèmes planétaires par les vaisseaux et les sondes des joueurs. Cette expansion permet aussi de mettre à disposition de nouvelles planètes de couleurs pour collecter de la lumière, ou de choisir leur autre face, plus sombre, permettant non pas de collecter, mais de transformer de la lumière de leur couleur déjà collectée en énergie. Les planètes noires, elles, ne peuvent que transformer de l’énergie, mais de n’importe quelle couleur.

Donc, agrandissement, mais aussi choix des couleurs et des faces des planètes pour tenter de vous arranger si votre vaisseau est du bon côté du plateau.

2. Déploiement des unités

Tous les types de pions disponibles

Les choses sérieuses commencent : il faut se déployer. À tour de rôle, chaque joueur devra déplacer son vaisseau mère et s’en servir pour déployer une de ses unités à la fin du déplacement. Les règles de déplacement, et surtout les contraintes, m’ont semblées claires à la lecture de la règle. Cependant, j’ai eu du mal à comprendre leur logique dans le thème de Lum42. J’ai tout dû faire une partie suivie d’une relecture des règles pour arriver à m’en souvenir.

En gros, si le système que vous traversez est vide, vous devez obligatoirement vous y arrêter et y déployer une unité. Si une unité adverse est déjà présente, vous avez le choix de vous arrêter ou non. Et si la planète ET le satellite sont occupés par une unité adverse, vous lui faites alors gagner un point tout en pouvant continuer votre chemin. De plus, si votre planète de départ dispose d’un jeton module à la place d’un jeton satellite, vous pourrez vous déplacer de façon spéciale : sauter autant de planète que vous le souhaitez en colonne ou en ligne, ou vous téléporter sur un autre téléporteur ou sur une planète de même couleur.

Pour le déploiement, vous avez deux possibilités. Il y a une planète ou un satellite de disponible, vous pouvez vous déployer dessus. Pas d’emplacement de libre ? BASTON !! Mais dans Lum42, s’il y a baston, il y a punition : votre unité ET celle de l’adversaire dégagent sur une lune d’exil dans un coin du plateau jusqu’à la fin de la manche. Vous aurez tout de même droit tous les deux à une petite compensation en passant.

Donc à tour de rôle, chaque joueur va déployer une unité en déplaçant son vaisseau mère et tenter de résoudre un petit casse-tête de positionnement et de blocage. Il faudra réfléchir aux lumières que vous souhaitez collecter, à celles que vous voudrez transformer et faire correspondre leurs couleurs. Mais vous devrez aussi tenter d’anticiper les déploiements et les mouvements de vos adversaires sur un plateau de plus en plus grand, avec de plus en plus de module de déplacement spécial, mais aussi de plus en plus bouché par des emplacements occupés par les unités des joueurs et par les sondes… Je n’ai pas encore parlé des sondes ? Normal, c’est pour la phase 4, on y arrive.

3. Production des sondes

Les sondes déjà en place produisent de la lumière de la couleur correspondante à la planète sur laquelle elles sont posées. Chaque joueur récupère donc des cubes correspondants et les stocke sur son plateau. C’est tout ? Oui. Si vous suivez, vous aurez donc remarqué que lors de la première manche, aucune sonde ne produira quoi que ce soit étant donné qu’on les pose lors de la phase 4.

4. Récupération et activation des unités

Vue du dessus du plateau de jeu de Lum42 en cours de partie.

Dans l’ordre du tour, chaque joueur va récupérer une de ses unités pour l’activer. Cette phase, c’est un peu le côté placement d’ouvriers de Lum42. Chaque unité récupérée sur une planète ou un satellite de couleur produira de la lumière : vous prenez un cube et le placez sur votre plateau joueur. Chaque unité sur une planète sombre permet de transformer une lumière (de la couleur correspondante, ou de n’importe quelle couleur si c’est une planète noire) en énergie : vous déplacez alors un de vos cubes dans la partie haute de votre plateau. Et là… C’est enfin le principal moment où vous allez marquer des points ! Chaque ressource de lumière transformée en énergie vous rapportera des points. Certaines plus que d’autres en fonction de leur couleur : de 2 points pour le rouge à 5 points pour le bleu.

L’aviez-vous remarqué ? Les cubes sont tellement bien sur votre plateau joueur qu’ils y restent. Ils ne sont jamais reposés sur plateau central. Dans Lum42, il peut donc y avoir pénurie de cubes d’une couleur, ce qui aura potentiellement une incidence sur vos capacités de collecte, et donc sur vos possibilités de transformation, la principale action vous rapportant des points.

Comme chaque joueur retire un seul pion à la fois, l’ordre de retrait est primordial pour la récupération et la transformation des ressources, ainsi que pour certains pouvoirs de vos unités avancées. Unités que vous allez récolter en phase 5… allons-y !

5. Phase de fin de manche

Les pièces métalliques, à la fois compte-tour et jeton premier joueur.

Tout le monde a récupéré toutes ses unités ? Alors c’est la fin de manche dans la galaxie Lum42. Le compteur de tours, représenté par un jeton métallique, avance d’un cran. Puis chaque joueur remplace une de ses unités par une unité avancée à la fin des manches impaires, ou ajoute une unité avancée dans sa flotte lors des phases paires. Et pour finir, le joueur avec le moins de points de victoire choisi le premier joueur de la manche suivante en lui transmettant l’autre jeton métallique.

Unités spécialisées

Vos unités de base permettent de collecter et de transformer de la lumière, et les unités avancées ont quelques capacités supplémentaires :

  • Le Chef permet de remporter un combat lors de la phase 2. Il n’est donc pas exilé sur la lune de la honte dans le coin du plateau : il reste sur place.
  • Le Saboteur permet de se déployer sur une sonde adverse en phase 2, et donc de lui retirer des capacités de production.
  • Le Voyageur, lorsqu’il est attaqué en phase 2, peut se déplacer sur n’importe quel autre emplacement libre du plateau. Un véritable bond spatial !
  • Le Doubleur, lorsqu’il est récupéré en phase 4, permet de réaliser l’action de collecte ou de transformation deux fois.
  • Et le Scientifique, lui, permet de choisir si l’on souhaite collecter ou transformer de la lumière lors de la phase 4, peu importe son emplacement.

Ces unités avancées permettent donc d’ajouter un peu de plus de réflexion et d’anticipation lors des phases de déploiement et de récupération.

Objectifs communs et majorités de couleurs en fin de partie

Vous aurez donc trois objectifs communs disposés sur le plateau de Lum42 dès le début de la partie. L’un d’entre eux vous fera marquer un point à chaque fois que vous collecterez une lumière d’une certaine couleur. L’autre récompensera les joueurs lorsqu’ils auront transformé trois lumières d’une certaine couleur. Alors que le dernier, toujours le même, récompensera le fait d’avoir déployé vos quatre sondes sur le plateau. Ces objectifs de sonde et de transformation sont des courses : ce n’est que le premier joueur qui gagne 5 points. Quand cela arrive, les jetons sont retournés, et tous les autres joueurs ne gagent plus que 3 points.

Après cinq manches, c’est la fin de la partie. Chaque joueur va alors marquer des points de majorité pour chaque couleur de lumière… transformée uniquement ! Si vous vous souvenez bien, certaines ressources rapportaient moins de points lors de leur transformation. Eh bien ce sont ces mêmes ressources qui rapporteront le plus de points au joueur qui en aura transformé le plus. Et inversement, les transformations qui rapportent le plus rapportent moins de points à la majorité.

Mon avis sur Lum42 🤔

Nous avons pu jouer à Lum42 avec une boîte de pré-production, au matériel quasiment définitif. Il était cependant très qualitatif avec ses plateaux joueurs double épaisseur et ses petites figurines de vaisseaux très bien finies, bien que peu détaillées. Les cubes de ressources sont classiques et font parfaitement l’affaire pour représenter la lumière que les joueurs vont collecter. Les jetons de métal sont eux un peu léger, mais rien de gênant étant donné qu’ils ne sont pas vraiment manipulés pendant la partie.

Vue du plateau de Lum42 lors d'une partie à deux joueurs.

Du côté des règles, elles sont plutôt bien détaillées et relativement claire. Je n’ai eu aucun mal à les comprendre, mais j’ai tout de même eu besoin d’une partie pour arriver à retenir des points comme les contraintes de déplacement et les moments où ces derniers attribuent des points aux adversaires. Tout n’est pas forcément logique ni thématique. Alors, certes, les illustrations de la boîte et du plateau nous plongent instantanément dans le thème de la conquête spatiale et de l’exploration de planètes, alors que la sensation de jeu nous ramène plutôt sur du jeu abstrait avec des points de règles à connaitre et à appliquer, sans qu’ils soient intrinsèquement liés au thème.

La boîte est d’ailleurs recouverte d’une très belle illustration, tout comme le plateau de jeu. Les tuiles planètes manquent, elles, peut-être un peu de détails ou de diversité. Mais soyons honnêtes, il faut savoir raison garder avec ces illustrations. Lum42 a déjà quatre couleurs différentes pour les figurines des joueurs, plus quatre couleurs de cubes pour les lumières, et cinq couleurs de planètes avec deux variations (claire ou sombre). Et toutes ces couleurs font partie intégrante de la mécanique du jeu. Détailler un peu plus ces illustrations aurait probablement rendu la lecture du jeu encore plus compliquée… et je ne suis déjà pas certains que les daltoniens s’en sortent correctement en l’état actuel.

Du coté du gameplay, ce jeu s’adresse clairement aux joueurs déjà un peu habitués à jouer et qui aiment les parties assez mécaniques où la planification est marquée. Cependant, le moindre déplacement d’un autre joueur lors de la phase 2, ou l’ordre de retrait des pions lors de la phase 4 peuvent changer tellement de choses sur la situation de jeu, que les joueurs sont sans cesse obligés de revoir leurs plans. J’ai trouvé que ce qui était de la planification au début, se transformait assez souvent en opportunisme, la partie avançant.

Par contre, côté interaction, si vous aimez ça vous allez être servis ! Tout est sujet à blocage et à aller titiller les autres joueurs pour tenter de mener sa barque au milieu des étoiles. Certaines de mes parties ont même eu droit à leur lot de négociation entre les joueurs sous la forme du « Si tu attends un tour pour te déplacer ici, alors je ne viens pas te dégager ce pion, et tu pourras faire ta transformation. » Ça ne rigolait plus !

Clairement, Lum42 s’adresse à public de joueurs un peu avertis, mais pas trop experts non plus, qui aiment se tirer dans les pattes pendant des parties pouvant être tout de même assez longues, et il se joue tout aussi bien dans toutes les configurations de jeu (de deux à quarte joueurs).

Ce que j’ai aimé ✅

  • Un matériel plutôt qualitatif, même sur notre exemplaire de pré-production.
  • Une forte interaction entre les joueurs menant parfois à de la négociation.
  • Un thème spatial, que j’apprécie forcément, bien que peu présent dans le gameplay.

Ce que j’ai moins aimé ❌

  • Un thème peu présent dans le gameplay, qui rend finalement le jeu presque abstrait.
  • L’impossibilité de réellement planifier un tour.
  • Des parties un peu trop longues à mon goût.

Un mot de la campagne de financement

Lum42 est le premier jeu de la toute nouvelle maison d’édition Wannagame. Afin de lancer l’aventure, ils ont choisi de passer par une précommande de leur premier bébé sur la plateforme Game On Tabletop. La maison d’édition a également présenté Lum42 lors du salon d’Essen qui s’est déroulé le week-end dernier.

Cette pré-commande est en cours au moment où cet article est publié, et durera jusqu’au 5 novembre 2023. Si j’ai titillé votre curiosité, n’hésitez pas à aller faire un tour sur la page de leur compagne : https://www.gameontabletop.com/cf2041/lum42.html

Fiche technique de Lum42 ⚙️

La boîte de Lum42

✍️ Auteur : Vincent Joassin
🎨 Illustrateur : Vincent Joassin
🏭 Éditeur : Wannagame
🎭 Nombre de joueurs : De 2 à 4 joueurs
🎂 Age : À partir de 12 ans
⏱️ Durée : 30 minutes par joueur
💶 Prix : 50 €
👉 Précommander Lum42 sur Game On Tabletop

Informations sur cet article ❓

Article : Non rémunéré / Jeu : Offert par l’éditeur / Liens : Affiliés

Si vous souhaitez soutenir ce blog (que nous souhaitons conserver sans publicité), vous pouvez utiliser nos liens Philibert et Ludum pour commander vos jeux. Pour toute commande passée après avoir cliqué sur un de ces liens, nous recevrons une petite commission (qui ne modifie pas votre prix d’achat). Elle nous permettra de faire fonctionner ce blog et de l’améliorer.

Laisser un commentaire